La maison Seilhan


Maison  |   Tableaux  |   Oratoire  |   Lacordaire  |   Contact  |  



Blason de la ville de Toulouse

Bienvenue

La maison Seilhan, sise 7 place du Parlement à Toulouse, a été rachetée en 1988 par l'Ordre des Prêcheurs, représenté par l'Association Toulousaine de Saint Dominique.

Elle est le berceau de cet Ordre puisque c'est là qu'en 1215, Pierre Seilhan accueille Saint Dominique et se lie à lui par l'engagement de la profession religieuse : bientôt rejoints par d'autres frères, ils forment le noyau de la première communauté "dominicaine", reconnue par Rome en 1217 sous le nom d'Ordre des Prêcheurs.

À partir de cette maison, on accède à l'amphithéâtre Bruno de Solages, propiété de l'Institut catholique de Toulouse, dont le plafond à caissons  est orné de 15 magnifiques peintures du XVIIe siècle relatives à la vie de saint Dominique.

Maison

Restaurée au XVIIe siècle, la maison Seilhan (voir plaque d'accueil) garde un cachet extérieur exceptionnel.
En outre, au 1er étage, elle accueille une série de 6 tableaux du 18e siècle, une salle avec des souvenirs de Lacordaire, et enfin un oratoire avec plafond à la française, auquel est attaché le souvenir de saint Dominique.
suite

Tableaux

Longtemps attribués au pinceau de Balthasar-Thomas Moncornet, frère dominicain présent à Toulouse vers 1650, et auteur des peintures du plafond de l'amphithéâtre voisin Bruno de Solages, ces tableaux, en forme de médaillons, sont aujourd'hui reconnus comme datant du XVIIIe siècle sans que l'on puisse préciser leur auteur.
suite

Oratoire

Adossé au mur d'enceinte gallo-romain du Ier siècle, cet oratoire est souvent appelé "chambre de saint Dominique" : le souvenir  du fondateur y est vivace, et cela explique pour une part l'excellent état de conservation de l'oratoire.
suite

Lacordaire

Fort connu en son siècle, le XIXe, Henri-Dominique Lacordaire est aujourd'hui quelque peu oublié. Avocat, orateur réputé, il est à l'origine de la refondation en France de l'Ordre des Prêcheurs, disparu après la Révolution. Son souvenir reste aussi attaché à l'école de Sorèze. Il y est mort en 1861 : son corps repose aujourd'hui dans l'église paroissiale de Sorèze.  
suite


2004 © Association Toulousaine de Saint-Dominique